…QUAND LE GOUVERNE-MENT ET TRAHIT SA PAROLE

« …nous donnerons aux employeurs que je salue ici les moyens nécessaires à la transposition des 183€ pour tous les professionnels de la filière socio-éducative, et ce le plus vite possible, c’est-à-dire, nous l’espérons, dès le 1er avril prochain ».  Le 18 février nous avons tous entendu Jean Castex, Premier Ministre annonçant un Complément de Traitement Indiciaire allait être versé aux professionnels de la filière sociale et médico-sociale afin de tenter de juguler la crise.

Pourtant le projet de décret qui a été présenté au Conseil Supérieur de la Fonction Publique ne correspond pas aux annonces faites par le 1er Ministre et les Départements lors de la Conférence des métiers de l’accompagnement social et médico-social le 18 février dernier. 

En effet, si nos syndicats ne s’étaient pas trompés sur le périmètre d’attribution de cette revalorisation, les vraies-fausses annonces du gouvernement ne répondent ni à l’ensemble des revendications des agents, ni à la réalité d’une mise en œuvre tronquée qui transforme un CTI de 49 points d’indice en prime et dont l’attribution est laissée à la discrétion des employeurs locaux. Cela ne correspondant donc en rien au CTI attribué à la fonction publique hospitalière. De plus, il exclut bien une partie des professionnels sociaux et médico-sociaux : assistants familiaux, personnels administratifs et techniques qui participent pourtant grandement à ces missions…

Ce complément de salaire est à l’image des mesures prises en faveur de la FPT au cours de ce quinquennat, le symbole du mépris envers l’action que nous menons au quotidien…

Les syndicats FSU et SUD du conseil départemental de l’Hérault ont demandé une audience au Président de la collectivité et à la Vice-Présidente déléguée aux moyens. Retrouvez ici le courrier de nos organisations.