Conseil départemental de l’Hérault

JOUR DE PONT : ENCORE RATE !

Une fois n’est pas coutume, la DGA RH a transmis à l’ensemble des agents en novembre dernier la note sur les congés annuels et calendrier des cycles ARTT pour l’année 2021.

Une fois n’est pas coutume, nous y découvrons que le jour de pont (traditionnellement appelé « jour du Président ») n’est pas accordé exhaustivement à l’ensemble des agents, ces derniers devant choisir entre le vendredi 14 mai et le vendredi 12 novembre 2021.

Petit souci (qui deviendra grand quand arrivera l’heure de se positionner sur l’un de ces jours) : le vendredi 14 mai 2021 est un jour de congé scolaire sur l’ensemble du territoire national…

Par conséquent, tous les élèves de France, de la maternelle au lycée, seront à domicile.

Il y a donc fort à parier que les agents de notre collectivité dont les enfants sont scolarisés se positionneront sur ce jour, contraignant leurs collègues à bénéficier du jour de pont de novembre.

Vous êtes agents au sein d’un service composé majoritairement de parents d’enfants en âge scolaire ? N’oubliez pas que votre responsable hiérarchique aura à cœur de faire respecter la règle des « 50% de présents », ce qui signifie que certains d’entre eux devront trouver un système de garde pour leurs enfants. 

Des crispations commencent à se faire sentir dans certains services.

Entre les agent(e)s angoissé(e)s à l’idée de devoir trouver un mode de garde pour leur enfant (et sa répercussion financière) en cas de refus de leur hiérarchie de pouvoir bénéficier de ce jour le 14 mai et celles et ceux qui avaient pour projet de pouvoir bénéficier de ce pont à la belle période pour s’« évader » ; les responsables hiérarchiques qui se retrouvent dans cette même situation à laquelle se surajoute l’obligation de trancher entre qui profitera du pont de mai ou celui de novembre sans provoquer de conflit au sein de leur équipe ; autant de preuve qu’une fois encore le bien-être des agents est balayé d’un revers de la main.

L’an dernier déjà nous avions eu à choisir entre deux jours. COVID faisant, le « jour du Président » a été imposé à la dernière minute le vendredi 22 mai (information qui en effet nous avait été transmise le mardi 19 mai en fin de journée) contraignant l’ensemble des agents à modifier leurs organisations personnelle et professionnelle dans ce temps plus que réduit.

Pour ne pas rééditer l’erreur de l’an passé, on aurait pu penser cette année à un réflexe pavlovien et le choix unique d’une fermeture exceptionnelle des services départementaux le 14 mai. Mais non, pourquoi faire simple lorsqu’il est possible de faire compliqué ?… Simplement pour montrer que la collectivité est ouverte, et tant pis si d’autres pouvoirs publics ont fait d’autre choix… ? Affichage, affichage… !

Par ailleurs, le choix, cette année, d’imposer aux agents de choisir entre deux jours dont l’un correspond à un jour de congés dans l’éducation nationale est un flagrant déni d’ambition d’œuvrer à « favoriser l’articulation entre activité personnelle et vie professionnelle et familiale », l’axe 3 du plan d’action en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes de notre collectivité.

Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire, non ?…

Cet article est tiré de la revue comprendre et agir, disponible ICI