Conseil départemental de l’Hérault

CIA : L’arme discrétionnaire

La mise en place dans le secret absolu de la prime Covid et les promotions CAP du jour au conseil départemental de l’Hérault démontrent une nouvelle fois l’action discrétionnaire de la collectivité et son système de « récompenses ». En tout cas ces deux « gestions » plaident contre la mise en place d’un CIA dans une collectivité qui ne sait se donner ni transparence, ni limite.

Le Complément Individuel Annuel a lui pour projet d’individualiser la rémunération dans le cadre du RIFSEEP (voir article sur ce qu’est le RIFSEEP ici).  Si cela nous semble aberrant sur le plan GRH c’est aussi une grave remise en cause de notre statut. Personne ne travaille seul et les résultats professionnels s’obtiennent dans l’addition des compétences de chacun. Enfin, partout où ce type de rémunération existe on a pu constater des dérives discrétionnaires et clientélistes.

Cependant nous savons que nous ne pouvons pas en rester à une simple sentence de principe car en tant qu’agents nous sommes de plus en plus précarisés notamment par le gel du point d’indice.  Par ailleurs, nous sommes aussi soumis à une politique de faibles rémunérations au conseil départemental de l’Hérault. Il est donc compréhensible que les agents soient tentés par le complément potentiel que représente le CIA.. Si, par conséquent, il nous faudra réussir la négociation sur l’IFSE et ce pour l’ensemble des agents, il nous faut faire l’effort de démontrer la nocivité d’un CIA pour les individus, comme pour les collectifs de travail. C’est le sens de cet article.